Big bisous?

D’un coup d’un seul, je me suis sentie tombée. Une chute brusque en pleine rue, en pleine nuit, en plein milieu d’hiver. Ce n’était rien, si ce n’est une égratignure supplémentaire, qui faisait moins mal que d’habitude. J’avais la tête qui tournait et un goût d’amertume titillant la langue. Je les vivais bien mieux, ces essouflements qui ne passaient pas la nuit. Il suffit d’un moment d’inattention et les rêves, les espérances s’envolent papillonner je ne sais où, pour revenir un instant plus tard. Ce n’était point de la cyclothymie, car je n’aimais pas m’enliser dans cet état que j’allais jeter aussitôt dans un sommeil profond. Je me sentais lasse de cette course sans fin et sans fond, ce cheminement à contre-courant, qui ne donnait aucun résultat. De loin je voyais tous les autres franchir la ligne d’arrivée tandis que je continuais de courir sans trouver la mienne. J’ai laissé couler les larmes sans retenir, et noyées avec les torrents de ma douche, je me sentais lavée d’une peine passagère. Au petit matin, j’avais tout oublié, la vie recommençait.

Je viens d’apprendre que Carlos est mort. Encore un qui vient de se faire foudroyer par un cancer. 64 ans, c’est jeune tout de même. Une pensée pour celui qui aura bercé nombre de nos enfances.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Leave a Reply

2 commentaires

  1. Moi aussi ça m’a fait tout drôle… On peut dire ce qu’on veut de Carlos, mais tout le monde connaît ses chansons par coeur.

  2. mmh, cela dit, il était aussi un fervent partisan de sarko … hum … ce dernier pourra ptet prendre la « grosse tête » … y a une place à prendre maintenant chez bouvard
    cela dit, je suis d’accord, tout comme perret et « la cage aux zozios », la cantine ou papayou ont « bercé » nos enfances :-D

    bee zzz
    lolo

Next ArticleEn mode écriture automatique