A midi, je suis sortie déjeuner avec ma collègue française. C’est important de préciser sa nationalité car je casse rarement la croute à l’extérieur avec mes petits Anglais. J’ai moi aussi pris cette sale habitude de croquer un sandwich devant l’ordinateur en matant des vidéos Youtube ou en faisant défiler mécaniquement mes feeds. Si vous pensez que c’est déprimant de prendre une pause à son bureau, vous avez raison. Je ne sais pas ce qui m’a pris de m’engouffrer là dedans. J’essaie à tout pris de redevenir française à ce niveau-là. Partir à midi pile et revenir vers 13h55, le ventre tendu, le café même pas pris. On est allé chez Bao, manger des buns. D’habitude il y a une queue de dingue. Comme on est arrivé tôt, on a pas trop attendu. Ils nous quand même demandé de patienter de l’autre côté de la rue. On s’est dit: putain ils sont gonflés. De l’extérieur, on pouvait apercevoir les chaises vides. Je déteste ces restaus qui vous font patienter juste pour pour la posture.

On a mangé vite parce que les portions étaient toute petites. On a détalé encore plus vite parce que l’addition était trop salée. 20 balles pour 4 mini buns. C’était OK, mais on s’est dit plus jamais. On est sorti, restant sur notre faim, nous dirigeant vers le Japan Centre de Picadilly nous prendre un dessert. Sur la route on s’est dit que l’ambiance de notre étage était à chier. Tout le monde tire la gueule, tout le monde a son cv sur le marché. Je pense que les recruteurs ne sont pas dupes. Quand vous avez 20 mecs d’une même boite (voire du même département) chercher un boulot, c’est qu’il y a une couille dans le potage. Je lui ai dit: j’en ai marre de bosser pour une grosse corpo. Je pense que je vais monter mon truc. Elle me dit: c’est drôle, pleins de gens autour de moi y pensent aussi. J’ai l’impression que ça touche pas mal notre génération. On nous a dit un jour qu’on pouvait tout faire et aujourd’hui, on est juste déçu par la réalité.
Moi, on ne m’avait jamais rien promis mais j’étais déçue quand même. Un peu comme ce bun finalement.
Parce que dans ma grosse boîte, certains jours, je me sentais vraiment bun à rien.

Rendez-vous sur Hellocoton !