Salles Obscures, TV & Ciné

Don Jon #trailer

23 mai 2013

Trois bonnes raisons d’être impatient:

Joseph Gordon-Levitt devant mais surtout derrière la caméra pour sa première réalisation
Tony Danza, pour tous les nostalgiques de Madame est servie
– Le sujet. Avouez les filles que c’est insupportable de sortir avec un mec addict au porno, même s’il est aussi canon que JGL

Rendez-vous sur Hellocoton !
Cover

Can’t Take My Eyes Off You – Walk off the Earth feat. Selah Sue

22 mai 2013

Si vous ne deviez emporter qu’une chaine Youtube sur une île déserte, ce serait…

Je crois que j’en garderais deux en fait (voire trois mais faut pas trop en demander).

La première serait Bad Lip Reading pour garder le moral. Impossible de ne pas se tordre de rire devant ça:

Ensuite, celle de Walk Off The Earth, parce que je passe toujours des heures et des heures à naviger de cover en cover, en m’émerveillant devant leur talent. J’ai découvert ce Take off my eyes of you avec Selah Sue que j’écoute en boucle depuis hier
(grâce à la magie de ListenOnRepeat).

Rendez-vous sur Hellocoton !
Boite à musique

Newton Faulkner & Sam Brookes – Get Lucky cover

21 mai 2013

On s’y attendait. Les reprises de Get Lucky pleuvent. C’est même le déluge. J’en rajoute une couche, mais c’est la dernière fois, promis.  Je ne pouvais pas passer sous silence cette version de  Newton Faulkner, artiste découvert il y a quelques années en concert, qui n’a jamais cessé de me séduire. C’est un musicien extraordinaire, avec une voix d’ange. Non je n’en fais pas trop!
Sinon, vous avez écouté le dernier Daft Punk? S’il ne tenait qu’a moi, je vous dirais de passer votre chemin. Ca c’est assez drole. Ce montage a été réalisé avec les vraies chanson de l’album (alors oui, moi je croyais que c’etait une blague).

Rendez-vous sur Hellocoton !
Humeurs d'expat'

Londres – année 1

21 mai 2013

Ca fait déjà un an. Un an jour pour jour qu’on a quitté Paris. La veille du départ, j’avais reçu un mail d’Hadopi. Quelques heures plus tard, on prenait le large à bord d’un Eurostar plein à craquer. On venait d’élire un nouveau président, on sautait de joie tantôt place de la Bastille. Comme François H. ma vie prenait un tournant.

Londres ne m’a jamais totalement conquise. J’ai eu le mal du pays en arrivant. Vous savez, c’est comme attraper la varicelle à l’âge adulte. Ca fait un mal de chien. On se sent moins résistant. C’était aussi absurde qu’inattendu.

Après, je crois que je suis devenue hermétique à tout. J’ai foncé la tête en avant, en m’écriant « Tu ne m’auras pas! ».

J’ai accepté nos rapports conflictuels, tout en reconnaissant à Londres ses vertus.

J’avais placé bon nombre d’espoirs et d’attentes dans cette première expat. Surtout professionnellement.

J’ai fui Paris pour des raisons rationnelles. Avec le caractère que j’ai, cette ville m’aurait anéantie. C’est insupportable de voir à quel point vous êtes bridés par le système. Les gens ont du mal à vous faire confiance. Il faut des années pour se faire une place. Il se peut parfois que personne ne vous en fasse une. La séniorité se définit trop souvent par l’âge et non en fonction des compétences de chacun. Vous pouvez malheureusement rester au placard, pour ne pas savoir gueuler plus fort qu’un autre. Avoir envie, ce n’est jamais assez. Ce que je détestais le plus, c’était ce sentiment de sous-estime infligé par les managers les moins doués. Le terme « potentiel » est trop injustement ignoré.

Je ne dis pas qu’en venant à Londres mon ascension a été fulgurante. Néanmoins, j’ai appris à me faire confiance. Pour moi, c’est inestimable. Malgré un marché férocement concurrentiel, vous avez toutes vos chances, quel que soit votre âge et votre expérience. Pour la première fois de ma vie, j’ai la sensation que l’on ne donne l’opportunité de me réaliser.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !