Humeurs d'expat'

Londres – année 1

21 mai 2013

Ca fait déjà un an. Un an jour pour jour qu’on a quitté Paris. La veille du départ, j’avais reçu un mail d’Hadopi. Quelques heures plus tard, on prenait le large à bord d’un Eurostar plein à craquer. On venait d’élire un nouveau président, on sautait de joie tantôt place de la Bastille. Comme François H. ma vie prenait un tournant.

Londres ne m’a jamais totalement conquise. J’ai eu le mal du pays en arrivant. Vous savez, c’est comme attraper la varicelle à l’âge adulte. Ca fait un mal de chien. On se sent moins résistant. C’était aussi absurde qu’inattendu.

Après, je crois que je suis devenue hermétique à tout. J’ai foncé la tête en avant, en m’écriant « Tu ne m’auras pas! ».

J’ai accepté nos rapports conflictuels, tout en reconnaissant à Londres ses vertus.

J’avais placé bon nombre d’espoirs et d’attentes dans cette première expat. Surtout professionnellement.

J’ai fui Paris pour des raisons rationnelles. Avec le caractère que j’ai, cette ville m’aurait anéantie. C’est insupportable de voir à quel point vous êtes bridés par le système. Les gens ont du mal à vous faire confiance. Il faut des années pour se faire une place. Il se peut parfois que personne ne vous en fasse une. La séniorité se définit trop souvent par l’âge et non en fonction des compétences de chacun. Vous pouvez malheureusement rester au placard, pour ne pas savoir gueuler plus fort qu’un autre. Avoir envie, ce n’est jamais assez. Ce que je détestais le plus, c’était ce sentiment de sous-estime infligé par les managers les moins doués. Le terme « potentiel » est trop injustement ignoré.

Je ne dis pas qu’en venant à Londres mon ascension a été fulgurante. Néanmoins, j’ai appris à me faire confiance. Pour moi, c’est inestimable. Malgré un marché férocement concurrentiel, vous avez toutes vos chances, quel que soit votre âge et votre expérience. Pour la première fois de ma vie, j’ai la sensation que l’on ne donne l’opportunité de me réaliser.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Lifestyle

Rire le jeudi

9 mai 2013

Avec deux vidéos qui ont fait fait hier un peu d’exercice à mes zygomatiques.

La première met en scène Zachary Quinto et Leonard Nimoy (acteurs qui ont interprétés tous deux le personnage de Spok dans Star Trek) dans une pub brillamment exécutée pour Audi (avis aux geeks!)

La seconde est un fabuleux concours de lyp sync entre Jimmy Fallon et John Krasinski.

Rendez-vous sur Hellocoton !
London, Sortir à Londres

Bistrotheque

6 mai 2013

bistrotheque02

Je me rends compte que, par manque de temps, je ne vous relate mes découvertes culinaires qu’avec parcimonie. Pourtant, depuis presque un an, mon petit carnet de bonnes tables londoniennes s’étoffe à un rythme décent. Je tenterais donc de rattraper mon retard en commençant par la dernière trouvaille en date, le remarquable Bistroteque.

On pourrait facilement passer à côté. Car sans connaître le quartier, vous ne vous engouffreriez pas dans Wadeson street, qui semble davantage donner accès à une résidence industrielle plutôt qu’à l’une des adresses les plus huppées de l’est. Pour cause,  Bistrotheque est né dans une ancienne usine textile.

On s’installe au bar en attendant l’heure du dîner. Je vous conseille de réserver, et d’arriver à l’heure. On avait le créneau 19-21h et c’était presque un peu court. Je vous assure vous ne voudriez pas précipiter votre repas, ni voir disparaître trop vite le chocolate & raspberry cake de votre assiette. Pour finir le repas en beauté, c’est la cerise framboise sur le gâteau. Un ré-gal.

Pour l’apéro, je me réjouis de voir du cidre breton à la carte (parce que je trouve que le cidre anglaise à un vrai goût de pisse). Il commande un verre de Syrah Grenache. Un peu de pop-corn vient agrémenter l’attente. Je parcours la carte. C’est un peu le bordel, on a l’impression au premier abord de devoir résoudre une énigme, mais on repère vite l’essentiel: les desserts!

bar-bistrotheque

Dans tous les restaurants, il y a un plat test. Dans un vietnamien, c’est le pho qui me sert de repère pour dire si la bouffe vaut le coup. Le mojito donne souvent la température d’un bar. Pour tester la french cuisine, le steak tartare est un bon indicateur.

A la carte du Bistrotheque, vous trouverez un mélange équilibré de cuisine française et anglaise. Le gratin dauphinois au céleri et champignon donne la réplique quelques lignes plus bas au traditionnel fish and chips. La queue de boeuf braisée ainsi que la polenta aux champignons, courgette, aubergine & parmesan,  ne m’ont pas laissée de marbre. Je reviendrais à coup sûr tester ces deux-là.

La soupe de champignon truffée en entrée vaut son petit détour.

bistrotheque_food
Les serveurs sont charmants et de bon conseil, tous équipés d’un iPad pour prendre la commande. C’est rapide, efficace.

L’endroit est cosy malgré ses hauts plafonds et ses allures de loft. On peut venir entre amis, en famille ou en amoureux. Compter entre £30 et £40 par tête, avec une entrée, un plat, un dessert et du vin.

020 8983 7900
23–27 Wadeson Street
London E2 9DR

Métro: Bethnal Green

bistrotheque03

bistrotheque01

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Boite à musique

Beyonce & Andre 3000 – Back To Black

3 mai 2013

Ce qu’on peut déja dire du Great Gatsby de Baz Luhrmann, c’est que sa bande-son va vous faire dresser les poils de bras/dos/jambes, moustache comprise. Il y a quelques jours on découvrait la version jazzy du Crazy in Love d’Emeli Sandé:

La reprise de Back to Black par Beyonce et Andre 3000 nous plonge dans une ambiance sombre et fantasmagorique.

Quant à Florence + The Machine, comme à son habitude, nous transporte au delà du réel.
:

Et pour ceux qui n’auraient pas encore vu la sublime bande-annonce

Rendez-vous sur Hellocoton !